vendredi 17 avril 2009

L'Ultimate Jungle Trekking

Publié par Tophe



Nous voila de retour de ce qui aura ete une experience difficile mais extraordinaire: 7 jours en tente et 90 km a traverser la jungle pour atteindre le sommet le plus haut de la peninsule malaisienne, Gunung Tahan. Une semaine entiere sans rencontrer personne d'autre que nous 3 et notre guide (Nous sommes partis avec Ross, un australien rencontre au centre en Thailande), pour le trek le plus difficile que nous ayons fait, aussi bien pour la difficulte du chemin que pour les conditions.


Mais quelle experience de vivre a plein l'atmosphere de la jungle, de la vivre de l'interieur avant d'avoir des points de vue magnifiques des sommets! Petit recit au jour le jour...



Jour 1 et 2, la chauffe: Petit demarrage assez tranquille pour se familiariser avec notre environnement. Tout d'abord, nous decouvrons la foret equatoriale, ses pluies frequentes et son humidite constante. Cela equivaut en gros a marcher pendant des heures dans un hammam, avec un sac a dos de 20 kg sur le dos (et oui, le camping et une semaine de nourriture, ca pese). Nous nous retrouvons rapidement trempes de sueur, ce qui ne changera pas de la semaine! (L'astuce, un jeu de vetement de jour constamment trempe et un de nuit que l'on garde au sec)
L'autre decouverte pratique, les sangsues! Si vous les reperez rapidement, pas de problemes, elles ne laissent que peu de traces! Dans le cas contraire, un long filet de sang visqueux va s'ecouler pendant une bonne demi heure de votre blessure... On se met donc a verifier toutes les 10 minutes que nous n'avons pas de sangsues, imaginez la paranoia qui s'ensuit!

Pour les bons cotes, l'atmosphere de la jungle est surrealiste: une quantite impressionnante de bruits permanents d'oiseaux et insectes qui emettent des bruits "etonnants", qui vont de la scie circulaire a la sirene d'alarme!


Jour 3, les rivieres: Aujourdh'ui, le trek peut etre officiellement classe de difficile. Un sentier qui fait des siennes, avec beaucoup de hauts et de bas, a marcher soit sur des rochers glissants, soit sur des troncs d'arbres... Mais le vrai defi de la journee aura ete les 8 traversees de rivieres! Nous nous retrouvons a traverser les genoux dans l'eau (des fois jusqu'aux hanches), avec un assez fort courant, concentres pour ne pas faire de faux pas puisque la vie de toutes nos affaires seches (appareil photo compris) ne tient qu'a un fil... Heureusement, personne n'est tombe sur les 8 traversees... Ouf!

L'autre surprise de la journee: la jungle, c'est aussi les guepes! Ce midi, des centaines de guepes attires par notre sueur nous tournent autour pendant tout le dejeuner... Nous nous sentons tels des apiculteurs et la recuperation de nos sacs s'avere... heroique! La bonne nouvelle, c'est qu'il y avait aussi une bonne centaine de magnifiques papillons :)

Jour 4, la montee: De difficile, le sentier vient de passer a franchement hardcore!!!! Ce matin, nous etions a 271m d'altitude, ce soir a 2055m. Apres un bon 5h de montee difficile et vaporeux ce matin, c'est devenu du franchement n'importe quoi cet apres midi! 3h a escalader des rochers a l'aide de cordes, a grimper vite, tres vite pour redescendre aussitot, ou meme a monter une falaise a l'aide d'une echelle de 20m! Heureusement, la recompense est la: nous avons frequemment des vues magnifiques sur la jungle, et le decor de notre campement vaut le coup!


Ce soir, je me couche apres avoir une vue imprenable sur les lumieres des lointaines villes, et sur 3 orages simultanes situes a des dizaines de km l'un de l'autre!

Jour 5, Gunung Tahan: La journee d'aujourdh'ui aurait du etre un peu plus facile qu'hier... Le climat en aura decide autrement! Nous nous reveillons sous une pluie battante, avant de marcher 4h durant sous la pluie et dans une boue permanente pour atteindre ce sommet reve... Le mental est primordial, alors je reve de bains chauds sur fond de jazz, avec de la brioche doree et de la confiture de cassis pour me donner du courage :) Arrives au sommet, la vue est bien evidemment bouchee et il fait froid, nous redescendons donc assez rapidement pour arriver au campement pour profiter du sec et de la vue qui se sera fait attendre!


Jour 6 et 7, la redescente: Redescente vers la civilisation, sur un sentier toujours difficile, toujours boueux ou glissant, avec encore 5 rivieres de plus a traverser, avant de finir notre epopee... La derniere nuit, la jungle nous aura neanmoins reserve sa derniere surprise: une pluie carrement torrentielle de 2 bonnes heures, qui aura partiellement inonde la tente par le sol! Nous mettons au sec le plus important, ecopons meme l'eau de notre tente, avant de nous coucher un peu depites!

Maintenant, alors que nous voila sur la route vers Singapour, au milieu des plantations de palmier, je me demande: n'aurais je pas reve ces 7 derniers jours? :)



Par ici les photos



7 commentaires:

Chantal a dit…

avec 3 lascars ,il valait mieux un guide pas rapide.vous connaissez sans doute le proverbe(qui veut voyager loin ménage sa monture).
malgré tout mes respects pour vos exploits et vos photos.
prenez soin de vous.

nomadi a dit…

Epoustouflant, ce récit dans la jungle ! On voit que le mental a été en effet primordial face à toutes ces conditions excécrables !
Bon retour dans la civilisation

Sophie a dit…

Je suis impressionnée... vraiment :) Ben dites donc vous êtes définitivement de vrais aventuriers ;) J'avais entendue parler des sangsues, c'est impressionnant les marques que ça laisse.

Bonne continuation à vous

Marie-Claire a dit…

C'est fou un trek pareil! Il vous manquait la machette pour vous frayer un chemin. Je croyais la jungle équatoriale impénétrable !Bravo pour votre tenacité et votre endurance.

Anonyme a dit…

Des bruits de scie circulaire!! Je souris à cette pensée Christophe!! ;)
Gros bisoux à tous les deux.

Delphes

Laetitia a dit…

Oui, et la sirène d'alarme je vois très bien, il y en avait à Angkor, brrr... Bravo pour avoir fini ce trek en tout cas!

Pascal a dit…

Waouf. Sur cette série, ce qui m’impressionne le plus en photo c’est la sangsue et les abeilles qui s’agglutinent autour des sacs. Mais y a beaucoup de passages qui ne laissent pas de marbre, tous en fait, lol. A la lecture, à l’imagination, c’est épique. Content que vous vous en soyez bien sortis :o.